National Day of Mourning



The Workers Mourning Day Act, passed by the parliament of Canada in 1991, established April 28th as a National Day of Mourning, dedicated to remembering those who have lost their lives or suffered injury or illness on the job due to work-related conditions. It has now spread to over 100 countries and is recognized by international labour organizations.

Like November 11th, it is a day for both remembering and reflecting. Reflection on what was, what might have been and what may yet be. For while we cannot change the past, neither are we condemned to repeat it.

Every day our awareness and our capability and capacity to eliminate or control workplace hazards increases — as a society, a company and as individuals. We see it in our own industry, where improvements in safety and safe production over the years have resulted in an incredible reduction in both incidents and injuries.

However, the battle is hardly over.

In 2014, 919 workplace deaths were recorded in Canada. Serious injuries and illnesses resulting from the workplace continue to occur in the tens of thousands. When you factor in the impact on the lives of families, friends and coworkers, it amounts to millions of Canadians impacted in the last several years alone. Yet, the injuries and illnesses were, and are, all preventable.

On April 28th, let’s all take a moment to mourn together. Let’s reflect. Then let’s all commit to making a difference so that none of us, or our families, or our coworkers, subcontractors or any of their families become another statistic to reflect upon.

------------

La Loi sur le jour de compassion pour les travailleurs, adoptée par le Parlement du Canada en 1991, a désigné le 28 avril comme Jour de deuil national consacré à la commémoration des personnes qui ont perdu la vie, subi des blessures ou sont devenues malades en milieu de travail ou en raison de leurs conditions de travail. Aujourd’hui, le Jour de deuil est souligné dans plus d’une centaine de pays et reconnu par les organisations syndicales internationales.

Tout comme c’est le cas pour le 11 novembre, il s’agit d’un jour de commémoration et de réflexion. Réflexion sur le passé, ce qu’il aurait pu être et l’espoir en l’avenir. Car même si nous ne pouvons pas changer le passé, nous ne sommes pas non plus condamnés à le reproduire.

Chaque jour — en tant que société, entreprise et individu nous voyons augmenter notre sensibilisation, notre capacité et nos moyens d’éliminer ou de contrôler les dangers en milieu de travail. Nous le constatons dans notre propre industrie, où au fil des ans l’amélioration des normes de sécurité et des moyens de production a permis une réduction remarquable des accidents et des blessures.

Mais la bataille est loin d’être terminée.

En 2014, 919 décès en milieu de travail ont été enregistrés au Canada. Des blessures et maladies graves liées au travail continuent de se produire par dizaines de milliers. Lorsqu’on tient compte de leur impact sur la vie des familles, des amis et des collègues de travail, ce sont des millions de Canadiens qui ont été touchés par ces événements au cours des seules dernières années. Et pourtant, ces blessures et ces maladies étaient – et demeurent – toutes évitables.

Le 28 avril, prenons un moment pour nous recueillir ensemble. Pour réfléchir. Et engageons-nous tous à changer le cours des choses afin qu’aucun d’entre nous, de nos familles, de nos collègues, sous-traitants ou membre de leurs familles ne devienne une autre statistique à méditer.
National Day Of Mourning : News & Media : Bird Construction